2. Être citoyen européen

Puisque la France est membre de l’Union européenne, tous les citoyens français ont la nationalité européenne : ils sont donc citoyens européens.

Les citoyens européens ont des droits politiques comme le droit de voter aux élections européennes (pour le députés du Parlement européen) et aux élections municipales dans la ville d’un autre pays membre de l’UE où ils résideraient.

Ils ont aussi le droit de circuler, de séjourner, de travailler et d’étudier sur le territoire des autres pays membres sans demander de permis de séjour ou de travail.

Document

La citoyenneté européenne

1. Les droits et devoirs des citoyens français

Pour être citoyen français il faut avoir la nationalité française. On devient français par le droit du sang, le droit du sol, la nationalisation ou le mariage.

Les citoyens français ont des droits politiques (droit de vote, éligibilité aux élections), des droits civils (libertés individuelles, liberté d’expression…) et des droits sociaux (droit au travail, accès à la sécurité sociale et à l’éducation…).

Mais être Français impose aussi des obligations : respecter les lois et les valeurs de la République. Les citoyens français doivent aussi payer des impôts pour financer la sécurité sociale, les écoles et les hôpitaux (République sociale).

Définitions

Droit du sol : droit d’avoir la nationalité par le fait d’être né sur le territoire français.

Droit du sang : droit d’avoir la nationalité par filiation (un des parents a la nationalité française).

Naturalisation : donner la nationalité d’un pays à un étranger.

Respecter les autres et accepter les différences

La Déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789 dit que « tous les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droit ». Cette idée d’égalité est un principe important qui s’applique à tout le monde en France.
Chaque individu a de l’importance et personne ne doit être rejeté pour ses différences. Les discriminations comme par exemple le racisme ou le sexisme sont interdites et même punies par la loi.
Il faut alors faire attention aux stéréotypes (= idées reçues) à cause desquels les individus se jugent sans se connaître, favorisant ainsi les discriminations.
Nous avons donc tous le droit au respect mais nous devons aussi respecter les autres !
Parfois les discriminations prennent la forme de harcèlement, par exemple sous forme de blagues répétées sur l’origine d’une personne. Mais le harcèlement n’a rien d’amusant et peut avoir de graves conséquences.
Si tu es victime de discriminations ou de harcèlement, ou si tu connais des personnes qui en sont victimes, il faut en parler. Les élèves doivent être solidaires !

Définitions

Discrimination : traiter quelqu’un différemment et en général plus mal que les autres.

Racisme : croire qu’il existe des races différentes qui ne sont pas égales entre elles.

Harcèlement : violence répétée qui peut être verbale, physique ou psychologique.

Sexisme : penser que les hommes et les femmes ne sont pas égaux.

Stéréotypes : opinion sur une situation ou sur une personne que l’on ne connaît pas.

4. Les valeurs et les symboles de l’UE

Les valeurs de l’Union européenne sont inscrites dans le traité sur l’Union européenne et s’imposent aux États membres. L’UE défend la démocratie, la liberté, l’égalité, la tolérance, la justice, la fraternité et le respect des droits de l’homme. Ces valeurs fondent l’identité de l’UE et les pays qui veulent en devenir membres doivent obligatoirement les respecter.
5 symboles sont généralement associés à l’UE même s’ils ne sont pas précisés dans les traités.
Le drapeau européen avec 12 étoiles en cercle sur un fond bleu. Il symbolise la solidarité et l’harmonie entre les peuples européens.
L’« Ode à la joie » (9e symphonie de Beethoven) est l’hymne officiel de l’Union depuis 1985.
Une monnaie unique : l’euro, mise en circulation en 2002. Elle est aujourd’hui utilisée dans 19 pays européens.
Une « journée de l’Europe », le 9 mai, commémore la déclaration de Robert Schuman, à l’origine de la construction européenne.
La devise de l’UE est « Unie dans la diversité ». Toutefois, elle n’est pas officielle.

3. Les symboles de la République

En France, la nation se reconnaît dans des symboles qui rappellent l’histoire commune et les valeurs des citoyens français. Ils sont présents dans le bâtiment publics (mairie, école…) et fédèrent les Français lors de grands événements (coupe du monde 2018).
Le drapeau « bleu, blanc et rouge » est l’emblème national reconnu par la Constitution (art.2). Il tire son origine de la Révolution française et de la réunion des couleurs de Paris (bleu et rouge) et de celle du roi (blanc). Il symbolise la fraternité.
L’hymne national est la Marseillaise. C’est un chant patriotique créé par Rouget de Lisle en 1792 pendant la Révolution. Il devient définitivement l’hymne national en 1879. Il exprime la liberté (couplet VI).
La Marianne est une représentation symbolique de la République française et de la liberté : on parle d’allégorie.
Le 14 juillet, la fête nationale rappelle la fête de la Fédération (14 juillet 1790), symbole de fraternité (union nationale).

Définitions

Hymne national : chant choisi par un gouvernement pour représenter le pays.

Nation : ensemble de personnes qui vivent sur un même territoire et partagent la même histoire.

2. Les principes de la Ve République

La Constitution française de 1958 rappelle que la République se fonde sur quatre principes : elle est démocratique, laïque, sociale et indivisible. Des réformes lui ont ajouté deux autres principes : la décentralisation (2003) et la parité (2008).
La démocratie est l’héritage de la Révolution française qui a confisqué le pouvoir au roi pour le donner au peuple. Les citoyens confient ainsi leur pouvoir à des représentants élus.
La République est neutre vis-à-vis des religions : elle est laïque. La laïcité garantit à chacun le droit de choisir et de pratiquer la religion qu’il souhaite (liberté de culte). Elle interdit ainsi le prosélytisme.
La République est sociale, notamment grâce à la solidarité (impôts).Tous les citoyens ont ainsi accès aux soins (sécurité sociale) et même à l’éducation gratuite (école, collège). Elle met aussi en place des aides pour soutenir les plus fragiles.
La République est indivisible : les lois sont les mêmes pour tous les habitants.

Définitions

Démocratie : régime politique dans lequel le peuple exerce le pouvoir.

Laïcité : le fait qu’un État ne favorise aucune religion.

Décentralisation : mêmes droits et mêmes devoirs pour tous les citoyens.

Parité : solidarité entre les citoyens.

Prosélytisme : volonté d’imposer ses idées religieuses aux autres

1. Les valeurs de la République française

La devise de la République française rappelle les valeurs auxquelles elle croit : « Liberté, Égalité, Fraternité ». Ces valeurs sont inscrites dans la Constitution (art.2).
En France, la liberté et l’égalité sont garanties par la loi à tous les citoyens, hommes ou femmes. Ces valeurs s’inspirent de l’article 1 de la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen de 1789 qui affirme que « tous les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droits ». Elle donne aux citoyens de nombreux droits (liberté d’expression, droit de vote…) et les protège contre les discriminations (racisme, sexisme, antisémitisme…).
La fraternité signifie que les citoyens sont solidaires les uns avec les autres, c’est-à-dire qu’ils se respectent et s’entraident. Cette solidarité s’exprime notamment dans le cadre d’associations.
Mais ces valeurs restent des idéaux qui s’appliquent de manière encore imparfaite.

Définitions

Constitution : loi fondamentale qui fixe les pouvoirs et l’organisation d’un État.
Devise :
expression qui symbolise les valeurs ou les idéaux d’un pays.
Égalité :
mêmes droits et mêmes devoirs pour tous les citoyens.
Fraternité :
solidarité entre les citoyens.
Liberté :
pouvoir agir à selon son choix dans le cadre de la loi
Valeur :
idéal que la République cherche à atteindre.