3. L’immigration et la récession

Durant les Trente Glorieuses, l’économie française est en plein développement. La France a besoin de main d’œuvre. L’État fait alors appel à des travailleurs immigrés, souvent peu qualifiés, pour travailler dans l’industrie et le bâtiment. Venant d’Espagne, du Portugal puis du Nord de l’Afrique, ils logent dans des bidonvilles (jusqu’aux années 1970) avant de s’installer progressivement dans les cités (banlieue).

En 1974, la France s’inquiète de la récession et suspend l’immigration. Elle autorise toutefois le regroupement familiale en 1976.

A partir de 1974, France connaît une récession jusqu’à la fin des années 1980. Le chômage augmente et touche d’abord les jeunes sans expérience et les personnes peu qualifiées (notamment les immigrés).


A partir des années 1980, le chômage de longue durée apparaît et la pauvreté progresse. Dans les cités de banlieue, les jeunes sont très fortement touchés par le chômage et sont à l’origine d’émeutes urbaines.

Pour venir en aide aux personnes pauvres, l’État met en place un revenu minimum garanti pour tous (RMI, 1988). Des associations leur apportent également leur soutien (les Restos du cœur).

Vocabulaire

Récession : période de faible croissance économique.

2. Une nouvelle place pour les jeunes et les femmes

Après la Seconde Guerre mondiale, la France connaît une croissance de la natalité (baby-boom).
En France, une « culture jeune » se développe dans les années 1960 avec ses codes : langage, vêtement (jeans et blouson noir), musique (rock).
Avec le mouvement de révolte de mai 1968, la jeunesse rejette l’autorité sociale et réclame plus de droits et de reconnaissance.
L’abaissement du droit de vote à 18 ans (1974) ou la mixité dans les établissement scolaires (1975) sont des évolutions politiques et sociales importantes pour la jeunesse.

A partir des années 1960, les femmes sont de plus en plus nombreuses à travailler. Elles sont aussi de plus en plus qualifiées.
Le féminisme se développe et défend l’égalité entre les hommes et les femmes ainsi que le droit des femmes à disposer librement de leur corps.
Les lois concernant les femmes évolue : émancipation vis-à-vis du mari, autorité parentale partagée, droit à la contraception (1967), divorce par consentement mutuel (1975) ou encore droit à l’avortement (loi Veil, 1975).
Avec ces évolutions, les mœurs des Françaises et de Français changent : augmentation des divorces, union libre (le fait de vivre en couple sans être marié).

Simone Veil
Femme politique française. Ministre de la Santé de 1974 à 1979, elle fait voter la loi autorisant l’avortement en France (1975).

1. De nouveaux modes de vie

Entre 1945 et 1974, la France connaît une longue période de croissance économique durant laquelle le mode de vie de Français évolue fortement : c’est les Trente Glorieuses.

Grâce à l’augmentation du niveau de vie, les Français achètent des biens de consommation (aspirateurs, réfrigérateurs, machine à laver, télévisions…). L’automobile se démocratise progressivement. On parle de société de consommation.

De plus, les conditions de travail s’améliorent : allongement des congés payés, baisse du temps de travail hebdomadaire. Les Français partent davantage en vacances.

Enfin, avec l’exode rurale l’urbanisation s’accélère. Les banlieues se transforment avec la constructions de cités qui accueillent des blocs de logements sociaux fonctionnels (Le Corbusier). Puis des lotissements pavillonnaires vont se développer près des villes : c’est la périurbanisation.

Vocabulaire

Croissance économique : augmentation forte et régulière des productions d’un pays, donc de sa richesse.

Trente Glorieuse : période de forte croissance économique (1945-1974).