5. Des démocraties affaiblies par la crise

Le 30 septembre 1938, avec les Accords de Munich, les Anglais et les Français livrent la Tchécoslovaquie à Hitler. Le dictateur allemand est désormais persuadé que tout lui est permis.

Au début des années 1930, le chômage augmente en Europe à cause de la crise de 1929. De plus, la crainte du communisme favorise la montée de ligues d’extrême-droite anti-démocratiques.

En France, face aux difficultés économiques et à la peur de l’installation d’un régime fasciste, les partis de gauche s’unissent pour former un Front populaire. En 1936, le Front populaire gagne les élection législatives. Le gouvernement de Léon Blum engage alors de grandes réformes sociales (congés payés, semaine de 40h). Mais les oppositions et les critiques le poussent à démissionner en 1937 : c’est la fin du Front populaire.

En Espagne, la République ne résiste pas aux tensions économiques et politiques : après une longue guerre civile (1936-1939), le général Franco, aidé par Hitler, installe une dictature.

Craignant une nouvelle guerre, la France et le Royaume-Uni laissent Hitler mener son projet expansionniste nécessaire à « l’espace vital » allemand. Il annexe ainsi l’Autriche (Anschluss) puis envahit la Tchécoslovaquie (sudètes) sans réelle opposition.

Définitions

Anchluss : rattachement de l’Autriche à l’Allemagne.

Expansionnisme : politique d’un pays qui souhaite étendre son territoire ou son influence au-delà de ses frontières.

Fascisme : dictature avec un parti unique, la mise en en avant de la nation, le culte du chef et l’esprit guerrier.

4. La dictature nazie : un régime raciste et totalitaire

Hitler a une vision raciste du monde (Mein Kampf, 1923) : les Allemands sont des êtres supérieurs (les Aryens) qui doivent dominer les « races inférieures » (Juifs, Tziganes). Il applique ainsi une politique antisémite qui enlève la citoyenneté allemande aux Juifs (lois de Nuremberg de 1935) et les prive de certains emplois (ordonnances de 1938). Ceux qui ne correspondent pas à l’idéal hitlérien sont persécutés (handicapés, homosexuels…).

Le régime nazi est totalitaire. Les médias, contrôlés par l’État, diffusent la propagande nazie. Le culte du Führer donne une image glorieuse du dictateur allemand. La population est embrigadée. Les jeunes sont enrôlés dans les Jeunesse hitlériennes où ils sont soumis à une discipline militaire. Les Nazis imposent la terreur. La police politique (Gestapo) et les SS (Schutzstaffel) pourchassent les opposants politiques. Ceux qui déplaisent au régime sont envoyés dans les camps de concentration.

Définitions

Camp de concentration : camp de travail forcé où sont envoyées les personnes qui déplaisent aux Nazis. Les prisonnier y sont maltraités et souvent exécutés.

Führer : titre que se donne Hitler et qui signifie « guide ».

Gestapo : police politique nazie qui traque les opposants au régime.

SS (« escadron de protection ») : organisation chargée de la protection d’Hitler qui jouera un rôle important dans l’extermination des Juifs pendant la guerre.


Schéma d’idées : Un régime raciste et totalitaire